Conférence de Guy Poireau : le TO

Samedi 16 juin, à la Mairie de Penne d’Agenais, Guy Poireau présentera un exposé sur « Le Monde en TO »

affiche de la conférence

Le Monde en TO, la représentation du monde au Moyen Age
Nous sommes familiers des planisphères représentant la totalité des continents et des terres émergées du globe terrestre et orientés sur le Nord placé en haut …
Au Moyen Age, il en va tout autrement.
Seuls trois continents sont alors connus, l’Asie, l’Europe et l’Afrique. Le monde créé par Dieu s’inscrit dans un cercle (O) représentant l’Océan primordial et les limites du monde. À l’intérieur de ce cercle deux barres, l’une horizontale, l’autre verticale forment un T. Il défnit trois zones où sont placés les trois continents. En haut l’Orient, de part et d’autre de la barre verticale, l’Europe et l’Afrique. À l’intersection desdeux barres du T, se trouve la ville de Jérusalem, le centre du monde.
Si cette image correspond aux connaissances cartographiques d’alors, elle est aussi une représentation historique puisée dans le récit biblique.
L’ancien Testament raconte qu’après le Déluge, les trois fls de Noé vont repeupler la Terre ; Sem en Asie, Cham en Afrique et Japhet en Europe.
Enfn, ce monde en TO est aussi une représentation symbolique et théologique de l’Univers. Cette tripartition du monde correspond à la Trinité telle qu’elle est définie dans le Nouveau Testament. Macrocosme et microcosme forment une unité harmonieuse.
Le monde en TO a donné lieu a de multiples versions tant dans les décors d’églises que dans les manuscrits.. Certaines représentations sont de véritables chefs d’oeuvre que la conférence illustrera largement.
Représentation cartographique, historique, symbolique et théologique tout à la fois, le monde en TO est un condensé de la perception du temps et de l’espace à l’époque médiévale.
Les connaissances des géographes arabes puis plus tard la découverte du continent américain modiferont progressivement cette perception jusqu’à son abandon au profit d’une représentation scientifique.

Nuit des Musées : « Charlotte » à Gajac

Pour tout public, c’est gratuit et c’est émouvant :

au Musée de Gajac

Samedi 19 mai 2017 – 20h

La Compagnie de l’Atelier Provisoire vous propose une lecture-piano autour de l’œuvre de David Foenkinos : CHARLOTTE.

CharlotteSalompn

Charlotte Salomon a appris à lire sur une tombe. Celle de sa tante, Charlotte, qui s’est suicidée à un jeune âge. Cette mort, parmi d’autres, a marqué le destin de cette famille du début du siècle dernier. Difficile de grandir avec un héritage aussi lourd. Insoutenable de se voir peu à peu privée de tous ses droits dans une Allemagne où le nazisme l’emporte.

Alors, Charlotte existe par l’Art. Ses peintures lui sont aussi précieuses que sa passion amoureuse pour un homme qui lui inspirera une grande partie de son œuvre: Vie ? Ou Théâtre ? Lire la suite

Ceci n’est pas la conférence (sur Magritte)

magritteConf

 Une pipe qui n’est pas une Pipe ? Un corps en morceau ? Des pluies, des parapluies ? Des mots ou des images ?
Artiste atypique du courant surréaliste, MAGRITTE s’émancipe de l’écriture automatique et de l’arbitraire des rapprochements fortuits du premier surréalisme pour développer une peinture qui tend à mettre en image la résolution d’un problème par une réflexion expérimentale. Un jeu trouble entre objet, mot et image se développe à travers les œuvres les plus emblématiques de l’artiste belge au chapeau melon.
MAGRITTE engage son premier combat pour la revendication de la dignité intellectuelle de son art, un combat contre la « bêtise supposée » des peintres, entourés de poètes et de philosophes au sein du groupe parisien mené par André BRETON. Une démarche artistique admirablement retracée lors de la dernière rétrospective du centre Georges Pompidou